Crizotinib (Xalkori)

 

DEVELOPPEMENT DU CRIZOTINIB :

Le Crizotinib commercialisé sous le nom marketing Xalkori a été l’un des premiers TKI (Inhibiteur de Tyrosine Kinase) développé pour combattre l’ALK. Il a été approuvé en 2011 aux Etats-Unis par la Food and Drug Administration et en octobre 2012 par l’agence européenne des médicaments. La molécule Crizotinib est commercialisée sous le nom de Xalkori pour les ALK par le laboratoire américain Pfizer.

COMMENT AGIT LE CRIZOTINIB?

Le Crizotinib inhibe l’enzyme ALK (« Anaplastic lymphoma kinase »), le c-MET (« Mesenchymal-Epithelial Transition »/HGFR) et le ROS1. Son principal défaut est de na pas pénétrer la barrière hémato-encéphalique, et est par conséquent n’est pas en mesure de se diffuser/se diffuse mal au cerveau et dans le système nerveux central contrairement aux TKI de nouvelle génération. C’est pourquoi il n’est pas préconisé en cas de tumeurs au cerveau.

Il est considéré comme un inhibiteur de Tyrosine Kynase de première génération contrairement à des TKI de seconde génération comme Alecensa.

USAGE EN FRANCE :

Le crizotinib bénéficie d’une recommandation temporaire d’utilisation (RTU) en France dans la prise en charge de cancers du poumon non à petites cellules localement avancé ou métastatique avec réarrangement de ROS1.

Voir la RTU du Xalkori (ANSM, avril 2016)

POSOLOGIE ( à titre informatif, demandez à votre médecin):

 

  • La dose recommandée est de 250 mg par voie orale deux fois par jour avec modification éventuelle des doses en fonction des effets secondaires.
  • Adaptations de dose possibles à 200mg x 2/j ou 250mg x 1/j en fonction de la tolérance ou de la fonction rénale.
  • En cas d’oubli : prendre la dose si retard < 6h (t1/2 = 42h).
  • Conserver à une température inférieure à 25 degrés.

EFFETS SECONDAIRES POSSIBLES:

Les effets secondaires sont fréquents et comprennent : diarrhée, constipation, douleur d’estomac,plaies dans la bouche, changement dans la capacité à goûter les aliments, brûlures d’estomac, mal de tête engourdissement, sensation de brûlure ou picotement dans les mains ou les pieds, difficulté à s’endormir ou à rester endormi, vomissements, anorexie, fatigue, oedème…

Certains effets secondaires peuvent être sérieux. Si vous ressentez l’un de ces symptômes, appelez immédiatement votre médecin ou obtenez un traitement médical d’urgence: essoufflement, toux, fièvre, gonflement des bras, des mains, des pieds, des chevilles ou du bas des jambes, douleur de poitrine, rythme cardiaque lent, éruption, faiblesse, fatigue excessive, douleur dans la partie supérieure droite de l’estomac, nausée, vomissement, jaunissement de la peau ou des yeux, urine foncée, démangeaison, fièvre, saignements ou ecchymoses inhabituels, vision double, vision floue, sensibilité à la lumière, voir des éclairs soudains de lumière, voir des taches dans votre vision.

Les effets indésirables peu fréquents mais potentiellement graves comprennent la maladie pulmonaire interstitielle, l’allongement de l’intervalle QTc et la bradycardie.

  • Toxicité au foie: dans les grands essais cliniques précoces, des élévations des taux sériques d’aminotransférase sont survenues chez jusqu’à 57% des patients traités par des doses standard de crizotinib, étaient supérieures à 5 fois la LSN chez 6% des patients et ont conduit à l’arrêt précoce du traitement chez 2% des patients 4. % de patients. Les élévations des aminotransférases sériques surviennent généralement après 4 à 12 semaines de traitement, mais généralement sans jaunisse ni élévation des phosphatases alcalines. Le redémarrage du crizotinib après la résolution des anomalies des aminotransférases peut être effectué en commençant par une dose réduite. La plupart des cas de lésions hépatiques dues au crizotinib ont été peu ou pas symptomatiques, et la lésion s’est résorbée dans les 1 à 2 mois suivant l’arrêt du médicament (cas 1). Cependant, des cas de jaunisse et de symptômes au cours du traitement par crizotinib ont été rapportés, fatals chez 0,1% des patients traités (cas 2). Les cas graves de lésions hépatiques dus au crizotinib sont généralement survenus dans les 2 à 6 semaines suivant le début du traitement et se sont présentés avec des élévations marquées des taux sériques d’aminotransférases suivies d’une jaunisse, d’un dysfonctionnement hépatique progressif, d’une coagulopathie, d’une encéphalopathie et de la mort. Pour ces raisons, une surveillance régulière et périodique des tests hépatiques à des intervalles de 2 à 4 semaines pendant le traitement est recommandée.

NOTICES :

ETUDES :

REFERENCES :

COMPOSITION CHIMIQUE:

Voir https://pubchem.ncbi.nlm.nih.gov/compound/Crizotinib

En rapport Entrées

Étiquettes: